L’industrie représente 25% de la consommation énergétique française. C’est le troisième secteur le plus énergivore, derrière le secteur résidentiel-tertiaire et le transport. Comment se répartissent les usages énergétiques de ces entreprises ? Comment améliorer l’efficacité énergétique du secteur de l’industrie ? advizeo fait le point.

Efficacité énergétique de l’industrie : le point sur la consommation d’énergie des entreprises

Répartition de la consommation d’énergie par secteur industriel

Six fillières représentent à elles seules près de 90% de la consommation énergétique globale du secteur industriel en France. 

Répartition des énergies utilisées en industrie

L’électricité, à part quasi égale avec le gaz, sont les deux énergies les plus consommées par le secteur industriel. La part des énergies renouvelables reste assez restreinte, mais tend à évoluer. Entre 2007 et 2016, cette dernière a gagné 2 points. 

Efficacité énergétique de l’industrie :

Quels usages pour les entreprises ? 

Répartition de la consommation électrique dans le secteur industriel

La ventilation et les pompes sont les premiers postes consommateurs d’électricité en industrie. Le froid industriel apparaît également comme un usage gourmand en électricité. 

Répartition des usages consommateurs de combustible en industrie

Les traitements thermochimiques représentent quasiment la moitié des usages consommant le plus de combustible. 

Le reste de la consommation provient du séchage, des matières premières, du chauffage des locaux et d’utilisations diverses telles que le chauffage de liquides ou la distillation

 

Comment améliorer l’efficacité énergétique

d’un site industriel ?

L’énergie est un poste de dépense important pour le secteur industriel. Il s’agit d’ailleurs de l’un des éléments clés de la compétitivité des entreprises. C’est pourquoi la maîtrise de l’efficacité énergétique de l’industrie est désormais indispensable. Elle permet notamment de réduire efficacement le coût relatif aux usages énergétiques.

Lord Kelvin disait « Si vous ne pouvez pas le mesurer, vous ne pouvez pas l’améliorer » ; en effet, en industrie comme dans tout secteur, il est absolument indispensable de compter et de sous-compter les consommations énergétiques des sites et des machines ainsi que les UES. L’objectif est de connaître au mieux le comportement des usines et ainsi, mettre en place des actions adaptées pour améliorer l’efficacité énergétique des sites.

Ainsi, il existe plusieurs moyens pour réaliser des économies d’énergie et améliorer l’efficacité énergétique d’un parc industriel :

Gains rapides

Les quick-wins sont un groupe d’actions à très faible retour sur investissement généralement inférieur à 1 an. Elles consistent principalement à adapter les fonctionnements des utilités ou des process au regard des besoins réels de production. On trouve aussi des petits travaux réalisables par les équipes de maintenance. A titre d’exemple, voici quelques pistes d’amélioration :

  • Modifier les programmations horaires des utilités (faire des réduits, éteindre les équipement, limiter l’éclairage),
  • Faire attention aux heures de relances des process par rapport à leur mise en exploitation et le temps de préchauffage (temps de chauffe, temps de mise en fusion, …),
  • Limiter les pertes (fuites, purges, fermeture des portes…),
  • Régler les équipements de combustion (excès d’air),
  • Objectiver ses prestataires de maintenance.
Travaux à ROI court

Les actions retour sur investissement rapide, inférieur à 4 ans, sont généralement liées à de petits investissements. Ces actions ouvrent régulièrement droit aux primes CEE. On retrouve notamment :

  • Le changement d’équipement par des équipements plus performants (relamping LED, petit moteur IE4) ;
  • L’ajout de régulation et de pilotage sur les équipements (automate de programmation, variateurs de vitesse) ;
  • Faire de petits diagnostics suivis d’actions correctives (recherche de fuites d’air comprimé, caméra thermique sur canalisations) ;
  • Isoler les réseaux de chaleur et de froid ainsi que les points singuliers (principalement ceux fonctionnant en permanence),
  • La mise en place d’économiseurs sur les fumées,
  • La mise en place d’un management de l’énergie avec engagement de performance.
Travaux à ROI court

Les actions ayant des retours sur investissements plus longs, supérieurs à 4 ans, impliquent des travaux de grande ampleur. Elles sont toujours liées à des études spécifiques en amont des projets (étude de faisabilité suivi de cahiers des charges). Ces actions sont en revanche très intéressantes sur le plan des économies d’énergie. Nous vous proposons les cas suivants :

  • Récupération d’énergie pour chauffer, préchauffer (sur groupe froid, compresseur, brûleurs …)
  • Récupération d’énergie pour la production d’énergie type OCR (sur des fumées),
  • Récupération d’énergie pour la production de chaleur via une pompe à chaleur (disposer d’une source tiède constante),
  • Travaux d’isolation thermique (des façades et planchers),
  • Remplacement des ouvrants.

Zoom sur la norme ISO 50001

La norme ISO 50001 est une certification internationale qui permet aux entreprises d’améliorer la performance énergétique de leurs sites, elle vise à orchestrer la mise en place d’un système de management de l’énergie.

Elle vise notamment à :

  • Identifier les usages énergétiques significatifs du site ;
  • Mettre en œuvre une stratégie énergétique plus efficace ;
  • Favoriser l’usage de technologies à haute performance énergétique ;
  • Inscrire une politique d’efficacité énergétique globale et pérenne au sein de l’entreprise.

La norme ISO 50001 permet de mettre en évidence des usages énergétiques significatifs.

Les UES, représentent une part importante des consommations énergétiques ; c’est pourquoi la norme ISO 50001 recommande de mettre en place des actions de réduction des dépenses énergétiques sur ces usages-ci.

Il est à noter que la certification ISO 50 001 n’est pas une obligation. Il s’agit d’une démarche volontaire de la part des entreprises.

Néanmoins, depuis 2012, toutes les grandes entreprises industrielles qui ne sont pas certifiées ISO 50001 doivent obligatoirement effectuer un audit énergétique tous les 4 ans. >> En savoir plus

Cet audit a deux objectifs : il permet d’abord de faire un état des lieux de la consommation, des usages et des déperditions énergétiques des usines. Il vise aussi à identifier le potentiel d’économies réalisables à travers la mise en place d’une politique d’amélioration de l’efficacité énergétique des sites industriels.

Une solution pour améliorer l’efficacité

énergétique des sites industriels

Pour favoriser la mise en place d’un système de management de l’énergie, certifié ISO 50 001 ou non, il existe aujourd’hui des solutions énergétiques intelligentes qui permettent aux industriels de maîtriser et de réduire efficacement leur consommation d’énergie et ainsi leurs coûts.  

L’installation d’objets connectés sur différents points du site de production permet d’analyser et de centraliser toutes les données relatives aux consommations énergétiques des différents sites industriels.

Cette solution intelligente et connectée présente de nombreux avantages, tels que :

  • La mesure de la consommation de tout type d’énergie (électricité, gaz, eau…) ;
  • Le suivi complet et en temps réel des usages énergétiques de chaque site d’un parc ;
  • Un retour sur investissement rapide (moins d’un an en moyenne) ;
  • La conservation de tout l’historique des données ;
  • Un accès simplifié aux données sur tous types de supports (ordinateur, smartphone…).

Grâce à ce système d’audit continu et en temps réel, l’entreprise peut trouver les axes d’amélioration énergétique de son bâtiment et ainsi réaliser des économies d’énergie allant jusqu’à 25 % des factures énergétiques initiales. 

Faites estimer gratuitement les économies d'énergie qu'il est possible de réaliser dans votre/vos usine(s)