IPMVP : quelles sont les étapes à suivre pour déployer le protocole sur un parc immobilier ?

Tendances marché
3 June 2020
advizeo

Le protocole IPMVP est la méthodologie internationale reconnue de mesure et de vérification permettant de quantifier des gains énergétiques. L’IPMVP permet de mesurer et de rendre compte de l’impact d’une ou plusieurs actions d’amélioration de la performance énergétique. Ce protocole permet de mettre en perspective les économies d’énergie réalisées et les coûts engagés pour les atteindre, tout en garantissant des résultats effectifs, tangibles et pérennes.

La méthodologie IPMVP peut s’appliquer à un bâtiment individuel ou à l’échelle d’un parc immobilier. Pour cela, il est impératif de suivre plusieurs étapes clés ; advizeo fait le point pour vous sur les règles à suivre.

Étape n°1 : Définir le périmètre d’application de l’IPMVP

 

Dans un premier temps, il convient de définir le périmètre d’application du protocole IPMVP selon plusieurs critères à respecter.
 

D’abord, il faut définir les bâtiments du parc immobilier qui seront soumis aux calculs mathématiques de l’IPMVP. Au sein de ces bâtiments, il faut également délimiter le périmètre d’application du protocole IPMVP : choisir de prendre en compte l’ensemble d’un bâtiment, parties privatives comprises, ou uniquement les parties communes. Ceci, pour tous les bâtiments concernés.
 

Si le périmètre de mesure considéré est le site entier, alors les compteurs mesurant l’alimentation en énergie de ce dernier peuvent servir à évaluer la performance et donc, les économies d’énergie réalisées. C’est l’option C.
 

De la même manière que pour les bâtiments, il convient également de définir les énergies comprises dans le plan de Mesure et Vérification (PMV), les méthodes de calcul sont adaptées au type de grandeur mesurée (kWh d’électricité, tonne de fioul, etc.).
 

Les points de livraison compris dans le PMV dépendent du périmètre défini en amont. Les économies d’énergie sont d’ailleurs déterminées séparément pour chaque compteur afin que l’évolution de la performance énergétique d’un site puisse être mesurée par la concaténation de l’ensemble des consommations énergétiques d’un site.
 

Un plan de comptage pour connaitre de manière exhaustive le nombre de points de livraison par énergie est indispensable à ce point pour déployer le protocole IPMVP à l’échelle d’un parc immobilier. Ce plan de comptage doit être réalisé in-situ si les informations de comptage sont parcellaires par rapport au périmètre défini.
 

L’ensemble des décisions liées à la définition du périmètre d’application du PMV est pris de manière collégiale entre l’AMO (chargé de mettre en œuvre l’IPMVP dans les bâtiments du parc) et le gestionnaire de parc immobilier.

Étape n°2 : Préparer la récupération de toutes les données énergétiques

 

Une fois les périmètres d’application du protocole IPMVP définis, il convient de préparer la phase de récupération des données énergie, à partir de laquelle on pourra disposer d’une visibilité globale sur les consommations énergétiques de l’ensemble des bâtiments.

 

Pour cela, toutes les factures d’énergie et/ou données de consommations des GRD sont nécessaires. Les données issues des portails web des fournisseurs d’énergie sont également indispensables, tout comme les feuillets de gestion disposant d’au moins 36 mois de facturation par point de livraison. Ces données font foi ; c’est-à-dire que ce sont des données sources et fiables (si non estimées) issues des compteurs concessionnaires ou MID (dans le cas de refacturation), à partir desquelles les modèles mathématiques peuvent être appliqués pour des calculs fiables.

 

Dans le cadre de la réglementation européenne sur la protection des données, la RGPD, il est nécessaire d’obtenir le consentement de toutes les entités signataires des contrats d’énergie : les mandats.

 

Cette phase de récupération des mandats peut être extrêmement chronophage, notamment dans le cadre de contrats multi locataires, puisqu’il faut récupérer un mandat par numéro de SIREN.

 

Bien que laborieuse, cette phase est indispensable puisqu’il est interdit pour l’AMO de récupérer les données de fournisseurs et de distributeurs d’énergie au profit d’un client tiers sans mandat. Ceci, notamment dans le cadre du protocole IPMVP puisque celui-ci requiert des données fiables ; ce qui est le cas des données de facturation et des gestionnaires de réseaux de distribution.

Étape n°3 : Activer la récupération des données

 

Une fois le périmètre d’application défini et les mandats obtenus, on entre dans la phase d’activation de récupération des données. Les données de facturation ainsi que les données issues des gestionnaires de réseaux de distribution sont centralisées dans un outil unique.

 

Cette phase de collecte et de centralisation des données peut se montrer extrêmement laborieuse, notamment à l’échelle d’un parc, puisque la quantité de données peut rapidement s’avérer être colossale. Pour pallier à ce problème, il est possible de se doter d’un logiciel de monitoring énergétique, comme advizeo par exemple.

 

Les données récupérées sont intégrées à la plateforme de gestion énergétique et traitées grâce à des algorithmes intelligents. Les factures énergétiques sont historisées et les algorithmes permettent de directement se connecter aux portails fournisseurs pour récupérer rapidement les données issues des gestionnaires de réseaux de distribution.

Ce que l’on dit

On constate de manière empirique que l’IPMVP est un outil efficace de maîtrise des risques dans le cadre d’une mission de management de l’énergie avec engagement de résultat

Pierre Pavin

Energy Manager Sénior – advizeo

Etape n°4 :  Définir les modèles mathématiques de suivi des économies d’énergie pour appliquer l’IPMVP

 

Une fois l’ensemble des données centralisé dans l’application de suivi énergétique advizeo, il convient alors de définir les modèles mathématiques auxquels sera soumis le parc immobilier pour application du protocole IPMVP afin de suivre les économies d’énergie. Pour cela, il faut dans un premier temps définir les facteurs d’influence, la période de référence et la période de suivi. L’ensemble de ces décisions est pris suivant des modèles mathématiques et en accord avec les gestionnaires de parc immobilier.

 

o   Définir les facteurs qui influencent la consommation énergétique des bâtiments

Les factures et les données issues des gestionnaires de réseaux de distribution ne suffisent pas à la construction des modèles mathématiques pour une analyse fine et précise. En effet, certains facteurs exogènes viennent influencer les consommations d’énergie d’une année sur l’autre et doivent être pris en compte pour construire des modèles de suivi pragmatiques.

 

La météo a notamment un impact considérable sur les consommations énergétiques. Il suffit qu’un été soit plus chaud que l’été précédent ou l’hiver plus froid pour que les factures d’énergie varient. Or, cela ne veut pour autant dire qu’il n’y a pas eu d’économies réalisées. Ainsi, afin de lisser l’impact des variations climatiques sur les consommations énergétiques, les DJU pour Degré Jours Unifiés, sont utilisés dans les calculs mathématiques. Ils fournissent la différence entre une température extérieure et une température de référence. Il en existe deux types : les DJF (Degrés Jour Froid) et les DJC (Degrés Jours Chauds).

 

Le nombre de jours ouvrés peut également être un facteur d’influence de la consommation d’un parc immobilier. Si d’une année à l’autre, un magasin par exemple, se met à ouvrir le dimanche, ses consommations seront plus élevées sans pour autant signifier une absence d’économies d’énergie. Ainsi, les jours ouvrés sont aussi pris en compte dans les calculs mathématiques.

 

o   Définir la période de référence

La période de référence correspond à la période où l’on mesure l’influence des facteurs sur la consommation. Afin de choisir la période la plus adaptée, il faut faire des choix stratégiques répondant aux conditions suivantes :
–       Représenter tous les modes de fonctionnement du site, avec les consommations maximales et minimale d’énergie pour tous les équipements d’un même bâtiment.
–       Disposer de toutes les consommations énergétiques d’une période complète. Ainsi, si des données manquent sur une année, il est possible de prendre les données d’une année précédente pour le même mois.
–       Choisir la période antérieure la plus proche de la date de décision d’amélioration de la performance énergétique.

 

o   Définir la période de suivi

Une fois la période de référence définie, il convient également de se positionner sur une période de suivi. Celle-ci correspond à la période où sera mesurée les économies d’énergie après la mise en place d’action de performance énergétique. La période de suivi doit correspondre à, au moins, une période complète de fonctionnement normal des bâtiments et des équipements concernés par l’application du protocole IPMVP.

Ce n’est qu’une fois l’ensemble de ces éléments défini que les ingénieurs en performance énergétique certifiés IPMVP établissent les modèles mathématiques et vérifient la cohérence globale des modèles mis en place et des résultats obtenus.

Etape n°5  : Mettre en place la méthodologie de suivi des consommations énergétiques

 

Au sein d’advizeo, ce sont les Energy Managers (Ingénieurs en performance énergétique) qui mettent en place le protocole IPMVP. En accord avec les exploitants de parc immobilier, ils réalisent l’ensemble des étapes précédemment explicitées. L’IMPVP s’applique dans le cadre d’une mission de management de l’énergie. Les Energy Managers accompagnent au quotidien les responsables de bâtiments dans leur gestion énergétique, ils définissent un plan d’actions d’amélioration pour garantir des économies d’énergie.

 

C’est par la mise en œuvre de ces actions d’amélioration de la performance que des économies d’énergie sont obtenues et donc, que l’IPMVP est appliqué. De fait, pour rendre compte des gains atteints, des réunions mensuelles ou trimestrielles (en fonction des conditions contractuelles) sont organisées avec les responsables de parc immobilier.

 

Suivant la période de suivi définie, une réunion de bilan annuel est organisée entre l’ensemble des parties prenantes du projet. Les Energy Managers présentent leur rapport de Mesure & Vérification pour mettre à jour la cohérence entre les résultats obtenus et la méthode d’évaluation qu’est l’IPMVP.

 

En conclusion, le protocole IPMVP fixe un cadre de travail et un vocabulaire commun entre l’ensemble des parties prenantes d’un projet de management de l’énergie en homogénéisant les méthodes de travail calcul et en limitant les risques liés aux engagements contractuels de performance énergétique.

Vous avez un projet d’amélioration de la

performance énergétique de vos bâtiments ?

Lire aussi

par advizeo

Industriels : Comment faire financer son système de mesurage des Indicateurs de Performance Énergétique ?

Lire l’article