Le parc immobilier global représente 44% de la consommation d’énergie finale en France, ce qui en fait un secteur extrêmement énergivore. Les collectivités sont d’autant plus concernées qu’elles-mêmes possèdent un parc immobilier conséquent. La loi de transition énergétique pour la croissance verte met en lumière le besoin d’une sensibilisation globalisée aux enjeux du développement durable et responsable.

D’autant plus que les collectivités portent un devoir d’exemplarité face à l’ensemble de la population. C’est ainsi que de nombreuses démarches en faveur de l’environnement sont mises en place dans une optique de transition énergétique.

La problématique rencontrée par les collectivités se situe au niveau du financement de la transition énergétique. Effectivement, pour mettre en place des actions d’envergure qui auront un impact significatif en matière de lutte contre le réchauffement climatique, 60 milliards d’euros sont nécessaires chaque année. La conjoncture actuelle est telle qu’il apparaît comme compliqué pour les collectivités de débloquer de telles sommes en faveur de l’amélioration de la performance énergétique des bâtiments.

Pourquoi mettre en place un système de management de l’énergie dans les collectivités ?

Le management de l’énergie est un des moyens dont disposent les collectivités pour s’inscrire dans une logique de transition énergétique. Effectivement, réduire les consommations d’énergie est devenu un des enjeux fondamental des collectivités locales et territoriales. En plus d’avoir une empreinte carbone importante, les collectivités font face à des factures énergétiques conséquentes : 10% des dépenses globales d’une collectivité proviennent des dépenses énergétiques.

Un des objectifs de la transition énergétique consiste à consommer la juste quantité de ressources énergétiques pour limiter les surconsommations tout en offrant un confort optimal aux occupants des différents bâtiments de la collectivité. Il existe une norme Afnor qui a pour objectif de valoriser les démarches en faveur de la transition énergétique : La norme ISO 50001.

Il est également possible, via un accompagnement qualifié, d’identifier les gisements d’économies d’énergie et de les exploiter en réalisant des travaux d’amélioration de la performance énergétique. Ces travaux peuvent faire l’objet de subventions, sous forme de primes appelées Certificats d’Economies d’Energie, qui permettent ainsi d’alléger l’investissement des collectivités et d’améliorer le temps de retour sur investissement.

L’iso 50001 dans les collectivités locales et territoriales

Pour rappel, la norme ISO 50001 est une norme visant à guider et à valoriser toutes les sortes d’organismes s’inscrivant dans une démarche d’amélioration continue de la performance énergétique de ses bâtiments.

La norme ISO 50001 fixe un cadre précis qui a pour finalité l’amélioration de l’efficacité énergétique. Cette norme peut très bien s’adapter aux collectivités. L’ISO 50001 permet de mettre en lumière les démarches entreprises par les collectivités en faveur de la réduction des consommations énergétiques globales.

Aujourd’hui, peu de collectivités se sont lancées dans une démarche d’ISO 50001, souvent frileuses à cause des investissements que de telles actions engendrent. Effectivement, la mise en place d’un système de management de l’énergie nécessite différents audits énergétiques, des diagnostics, des outils de suivi et la mise en œuvre d’actions d’amélioration de la performance énergétique. Cet ensemble de démarches est souvent considéré comme trop onéreux pour des collectivités ne disposant pas de budgets conséquents, notamment attribués à l’énergie.

Pour autant, la certification ISO 50001 est facilement accessible pour les collectivités, à condition qu’elles bénéficient d’un accompagnement adapté et personnalisé. Des solutions d’intelligence énergétique peuvent leur permettent de s’inscrire dans une démarche d’amélioration de la performance énergétique des bâtiments. En effet, grâce à de telles solutions, les collectivités peuvent aisément mettre en place un système de management de l’énergie qui aura pour finalité d’obtenir la certification ISO 50001.

Grâce aux technologies de l’internet des objets ainsi qu’à l’intervention d’ingénieurs en efficacité énergétique ; les collectivités peuvent réaliser jusqu’à 25% d’économies d’énergie sans avoir à faire d’investissements lourds.

Assurément, des objets connectés sont déployés dans les différents bâtiments de la collectivité pour télérelever les données de consommation énergétique et d’eau qui transitent via le réseau LoRa sur une application. Les bâtiments sont monitorés et les collectivités peuvent suivre en temps réel leurs consommations d’énergie ; tout en étant alerté lorsque des seuils critiques sont dépassés (surconsommation électrique en période d’inoccupation, fuite d’eau…). Des energy managers interviennent également pour accompagner les collectivités dans la mise en œuvre de leur système de management de l’énergie. Ils auditent le parc de bâtiments puis proposent un plan d’actions d’amélioration visant à optimiser la performance du patrimoine immobilier de la collectivité. Ces actions ne nécessitent généralement pas d’investissements conséquents et peuvent garantir jusqu’à 25% d’économies sur les factures énergétiques initiales.

Par l’obtention de la certification ISO 50001 les collectivités mettent donc en place un système de management de l’énergie efficient et durable et, de cette façon, s’inscrivent dans une logique de transition énergétique. Ceci tout en minimisant l’impact financier qu’engendrent d’habitude de telles démarches.

Envie d’en savoir plus ?

A propos de la
norme ISO 50001 :

A propos de la transition énergétique :

A propos des logiciels de monitoring énergétique :

M