Vous souhaitez déployer des capteurs connectés dédiés au suivi de la consommation énergétique dans une zone ATEX ? C’est aujourd’hui possible ! Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur ce sujet.

Qu’est-ce qu’une zone ATEX ?

ATEX est l’abréviation employée pour désigner une atmosphère présentant des risques d’explosion (ATEX pour ATmosphère EXplosive).

Cette dernière se forme lorsque, dans un environnement confiné, un mélange de comburant (l’oxygène, par exemple) se retrouve en présence d’un combustible (gaz, vapeur, poussières…) dans des proportions spécifiques. Quand toutes ces conditions sont réunies, une source d’inflammation, quelle qu’elle soit (chaleur, étincelle…), peut déclencher une explosion.

Pour rappel, une explosion se caractérise principalement par une augmentation de la pression qui provoque un effet de souffle et qui peut s’accompagner de flammes. Ces manifestations s’avèrent extrêmement dangereuses et dévastatrices, aussi bien pour l’homme que pour le bâtiment dans lequel elles ont lieu.

Les différentes zones ATEX

Chaque zone ATEX est normalisée en fonction de son degré de dangerosité et classée en fonction de la nature, de la fréquence et de la durée de l’atmosphère explosive. On distingue ainsi 3 différents types de zones ATEX :

Zone 0
Zone 20

Zone 1
Zone 21

Zone 22
Zone 22

Les zones 0 (pour le gaz et la vapeur) et les zones 20 (pour la poussière) signifient une atmosphère explosive permanente.

Les zones 1 (pour le gaz et la vapeur) et les zones 21 (pour la poussière) signifient une atmosphère explosive occasionnelle en fonctionnement normal.

Les zones 2 (pour le gaz et la vapeur) et les zones 22 (pour la poussière) signifient une atmosphère explosive accidentelle qui peut survenir après un accident.

ATEX : Que dit la réglementation ? 

La sécurité en zones ATEX est un point essentiel et incontournable pour les entreprises comme pour les fabricants. À ce titre, il existe plusieurs directives européennes visant à encadrer et sécuriser les zones ATEX.

  • La directive 1999/92/CE concerne les obligations du responsable du site. Ce dernier doit en effet favoriser la sécurité et la santé des travailleurs susceptibles d’être exposés aux risques d’une zone ATEX (évaluation des risques, marquage des zones concernées, formation du personnel, coordination des mesures de sécurité…).
  • La directive 2014/34/UE s’adresse quant à elle aux fabricants. Tout appareil, équipement ou système de protection destiné à être utilisé en zone ATEX doit faire l’objet d’une conception, d’une utilisation et d’un entretien destiné à assurer la sécurité dans les environnements dangereux.
  •  

    ATEX : Que dit la réglementation ? 

    À l’heure de l’Internet of Things (IoT ou Internet des Objets, en français), des réseaux, comme LoRaWAN, permettent d’interconnecter des objets dans le but d’émettre ou de recevoir des données. Dans le secteur industriel, la technologie IoT offre aujourd’hui un large champ d’utilisation. Les objets connectés peuvent notamment s’avérer utiles pour :

    • Suivre les consommations énergétiques des compteurs de gaz, d’électricité, d’eau ou de chaleur ;
    • Détecter les surconsommations énergétiques ;
    • Surveiller les éventuelles fuites de gaz.

    Cependant, le déploiement d’un tel protocole, impliquant une communication entre des objets électriques, peut s’avérer complexe en zone ATEX puisque la moindre source d’inflammation (étincelle, chaleur excessive…) peut être à l’origine d’une explosion.

    Néanmoins, l’utilisation de l’IoT est aujourd’hui possible dans les environnements ATEX puisqu’il existe des solutions sécurisées pour rendre communicants des objets, même lorsqu’ils sont installés en zone à risques. Il convient alors d’installer des capteurs gaz disposant d’une certification ATEX répondant aux exigences de la directive 2014/34/UE.

    Quelles sont les spécifités d’un capteur ATEX ?

    Les objets certifiés ATEX sont conçus de manière à limiter leurs propres besoins en énergie. Le stockage de l’énergie, nécessaire à leur fonctionnement, est ainsi réduit pour limiter les risques. De même, les différentes pièces de connexion du produit à un compteur gaz sont protégées pour favoriser la sécurité du dispositif.

    En fonction de la zone ATEX de déploiement, des caractéristiques de l’atmosphère dans laquelle le produit est amené à être installé et du niveau d’inflammabilité, il existe différents types de capteurs certifiés ATEX. Pour les zones les plus dangereuses (zones 0 ou 1), les produits ATEX doivent répondre à des exigences sanitaires et sécuritaires très strictes. Ils font donc l’objet de procédures d’évaluations et de certifications menées par des organismes certifiés. Les capteurs certifiés ATEX disposent d’un marquage spécifique.

    Le logo ci-dessous se retrouve sur tous les produits certifiés ATEX  : 

    Monitorer ses consommations d’énergie avec des capteurs gaz certifiés ATEX

    Advizeo propose une solution connectée pour réaliser le suivi de la consommation d’énergie de n’importe quel site, qu’il soit tertiaire ou industriel. Les capteurs connectés dédiés au gaz inclus dans la solution complète advizeo sont certifiés ATEX et peuvent donc être installés sans risque dans les zones à atmosphère explosive.

    Grâce aux capteurs certifiés ATEX proposés par advizeo, vous pouvez ainsi :

    • Connaître et suivre votre consommation réelle de gaz, pour mieux l’optimiser ;
    • Détecter une éventuelle surconsommation énergétique ;
    • Recevoir une alerte lorsqu’un dépassement de seuil est constaté ;
    • Assurer la sécurité de vos employés ;

    Retrouver l’historique de vos consommations grâce à une application claire et intuitive.