Le diagnostic de performance énergétique (DPE) renseigne sur la performance énergétique d’un logement ou d’un bâtiment en évaluant sa consommation d’énergie et son impact en termes de gaz à effet de serre. Ce document a pour but de répondre aux objectifs inscrits dans la politique énergétique européenne.

La politique énergétique européenne tend à permettre à tous les citoyens et les entreprises de disposer de l’énergie nécessaire à des prix abordables tout en luttant contre le réchauffement climatique.

Ce document se destine à tous les propriétaires, locateurs, bailleurs ou acquéreurs de bâtiment.

Le DPE décrit le bâtiment dans son ensemble, en particulier ses installations de chauffage, d’eau chaude sanitaire, de refroidissement et de ventilation. Son contenu et ses modalités sont réglementés. Il indique la consommation d’énergie primaire du bâtiment et son rejet de gaz à effet de serre. Pour faciliter sa lecture, l’utilisateur dispose de deux étiquettes (énergie et climat), toutes deux notées de A (très bonne performance énergétique) à G (performance énergétique médiocre).

  Etiquette énergie : 

Etiquette climat :

Le diagnostic de performance énergétique n’est qu’un indicateur. Bien évidemment, les consommations réelles des bâtiments dépendent de l’usage qu’en fait l’utilisateur. Les consommations estimées ne sont donc pas une réelle garantie mais seulement un moyen de comparer objectivement la qualité énergétique des bâtiments à vendre ou à louer. Des solutions existent pour suivre en temps réels les consommations d’énergie d’un bâtiment et ainsi améliorer sa performance énergétique.

Le diagnostic comprend aussi des recommandations qui permettent au propriétaire, locateur ou bailleur du bâtiment de connaître les moyens les plus efficaces de réaliser des économies d’énergie. Ce sont des conseils adaptés qui préconisent la bonne pratique en matière de gestion de l’énergie dans le bâtiment concerné. Il est également possible que le DPE propose des travaux d’amélioration, l’objectif n’est pas de contraindre l’utilisateur à réaliser des travaux mais plutôt l’inciter à améliorer la performance énergétique de son bâtiment.

Le diagnostic de performance énergétique est valable 10 ans et est obligatoire en cas de vente et de location d’un bâtiment depuis le 1er novembre 2006. Il est également obligatoire pour tout bâtiment neuf dont le permis de construire a été déposé après le 1er juillet 2007.

Par ailleurs, depuis le 2 janvier 2008, certains bâtiments publics doivent afficher le DPE dans le hall afin que l’ensemble des parties prenantes puissent accéder aux informations contenues dans ce document.

C’est un professionnel qui doit établir le DPE. Effectivement, des organismes tels que le COFRAC (comité français d’accréditation) délivrent des certifications DPE aux professionnels indépendants répondant à des critères de compétence et ayant souscrit une assurance.

Ainsi, le DPE s’inscrit dans une logique de réduction de l’empreinte environnementale puisqu’il permet aux entreprises et aux citoyens de disposer d’une vision sur la consommation énergétique de référence de leur bâtiment et donc de pouvoir s’y référer en cas de dérive.

Néanmoins, on notera que le DPE s’exprime en kWh d’énergie primaire ce qui correspond à l’énergie consommée par le bâtiment (appelée énergie finale) à laquelle on soustrait une part d’énergie perdue lors du transport. Le coefficient de conversion entre l’énergie primaire et l’énergie finale vaut 2,58 en France pour l’électricité et 1 pour les autres énergies. Par conséquent, les bâtiments qui sont chauffés à l’électricité sont fortement défavorisés.

 

Sources :

Ministère de la transition écologique et solidaire