Pour favoriser la conservation préventive dans un musée, il est essentiel de porter une attention toute particulière au suivi climatique. En effet, une hygrométrie et une température inadaptées peuvent être à la base de la dégradation des œuvres. Alors, comment faciliter le suivi des données climatiques dans un musée ?

 

Conservation préventive du musée : de quoi s’agit-il ?

 

Dans un musée, la conservation préventive consiste à mettre en œuvre des actions qui permettent de prévenir et limiter la dégradation des œuvres. Pour cela, le personnel du musée doit s’assurer quotidiennement du respect des conditions relatives à la bonne conservation des œuvres (inspection des collections, des conditions d’exposition, du transport, du stockage…). Cela passe aussi nécessairement par le contrôle et le suivi les conditions sanitaires, environnementales et climatiques.

 

Conservation préventive d’un musée : pourquoi contrôler le climat AMBIANT ?

Le suivi des conditions climatiques des différentes pièces du musée (espaces d’exposition, réserves, salle de restauration ou de préparation, inventaire…) permet donc de limiter la dégradation des œuvres. Le traitement de l’humidité, de la température et de la qualité de l’air sont donc essentiels.

En effet, la prise en compte de ces 3 éléments est incontournable dans la mise en œuvre d’actions de conservation préventive dans un musée. Outre leurs impacts directs sur les œuvres, ces facteurs sont propices au développement d’autres dommages, tels que les infestations d’insectes ou l’apparition de moisissures, ayant des conséquences irréversibles sur les collections.

 

Humidité, température et qualité de l’air :

le cœur de la conservation préventive d’un musée

Bien que les conditions climatiques dépendent des matériaux et des types d’œuvres conservés, ainsi que des spécificités inhérentes au bâtiment (implantation, matériaux de construction utilisés, climat extérieur…), les règles de conservation sont généralement les suivantes.

Le traitement de l’humidité

L’hygrométrie est la donnée la plus importante à maîtriser quand on souhaite assurer la conservation d’œuvres d’art. Idéalement, le taux d’humidité dans un musée doit se situer entre 45 et 55 % et les fluctuations d’humidité relative ne doivent pas dépasser 2 %.

En effet, un grand nombre d’œuvres sont constituées de matériaux organiques (sculptures en bois, peintures sur toile, parchemins, textiles…). Ces matières étant hygroscopiques (elles ont tendance à absorber l’humidité de l’air), les variations relatives à l’humidité des pièces peuvent avoir de graves conséquences sur les collections (cassures, déformations, corrosion des métaux…).

Le traitement de la température

Dans la plupart des cas, la température idéale des pièces accueillant les œuvres doit être comprise entre 21 et 22°C. Là encore, la variation de la température doit être limitée au maximum, car elle a une influence directe sur les variations d’humidité relative.

Aussi, une température trop élevée ou trop basse peut entraîner des réactions chimiques pouvant affecter la conservation de certaines œuvres, voire même dégrader certains matériaux sensibles aux variations de température.

 

Comment contrôler le climat ?

Le contrôle du climat dans un musée implique ainsi de rassembler un grand nombre d’éléments :

• Le système de chauffage utilisé ;
• Les périodes d’utilisation du chauffage ;
• Le système utilisé pour le traitement de l’humidité,
• Les équipements employés pour la ventilation, la climatisation et la filtration de l’air ;
• La température et le taux d’humidité souhaités ;
• Les appareils thermohydrographes visant à relever les températures et le taux d’humidité de chaque pièce ;
• Le niveau d’entretien et de maintenance des appareils.

La plupart du temps, dans les musées, l’air est traité (chauffé, refroidi, déshumidifié, humidifié…) à l’aide de centrales de traitement de l’air (CTA). Ces systèmes, entièrement centralisés, permettent de préparer l’air, pour assurer le respect des consignes de température et d’hygrométrie, avant de l’introduire dans les différentes pièces du musée. Cependant, il est à noter que leur utilisation requiert une maintenance quasi permanente. En effet, la moindre panne de l’un de ses composants (moteur, automate, sonde de régulation…) peut avoir des répercussions immédiates et irrémédiables sur les collections.

Les objets connectés au service de la conservation préventive du musée

Il existe aujourd’hui des solutions intelligentes et intuitives qui permettent d’assurer le suivi et le contrôle des conditions climatiques de chacune des pièces du musée.

Pour assurer la conservation préventive dans les musées, le groupe setec a mis au point la solution advizeo. Grâce à des capteurs connectés et une application dédiée, advizeo permet de :

• Suivre en temps réel la température, le taux d’humidité et la qualité de l’air de toutes les pièces du musée ;
• Recevoir des alertes en cas de dérives climatiques ;
Assigner des tâches au personnel concerné pour assurer le suivi des équipements ;
• Conserver toutes les données relatives aux conditions climatiques des différentes pièces du musée ;
• Faciliter la maintenance des appareils et des machines en alertant le personnel en cas de dysfonctionnement ;
Respecter les exigences des prêteurs d’œuvre en matière de température, d’hygrométrie et de qualité de l’air ;
• Mener une politique de développement durable tout en réduisant les dépenses énergétiques du bâtiment.

De plus, les Energy Managers d’advizeo sont disponibles pour accompagner le personnel du musée tout au long de la mise en œuvre des actions qui visent à faciliter le traitement climatique du site et réaliser des économies d’énergie.

advizeo :

L’exemple d’une tuile dans advizeo qui assure un suivi historisé et en temps-réel des conditions climatiques ambiantes (température et humidité) au sein d’un musée 

Témoignage client : optimisation efficacité énergétique commerce alimentaire

Le Centre Pompidou est un musée emblématique de la ville de Paris. Ses 110 000m2 comprennent plusieurs centaines d’oeuvres d’art qu’il est nécessaire de conserver de la manière la plus optimale possible. Un tel espace engendre également des consommations énergétiques très conséquentes.

Le musée s’est adjoint les services d’advizeo pour réaliser des économies d’énergie tout en assurant un suivi constant du climat ambiant (température et hygrométrie).

Découvrez comment le Centre Pompidou a réalisé 10% d'économies sur ses factures