Le BIM et l’IoT prennent petit à petit place dans l’exploitation maintenance des bâtiments. Si le nom de ces notions est régulièrement mis en lumière, il est parfois difficile de véritablement savoir quelle définition se cache derrière et surtout quel en est leur usage final.

 

Impactent-il les mêmes parties prenantes ? Sont-ils complémentaires ? Existe-t-il des points de convergences ?
Ce sont autant de questions auxquelles les ingénieurs de advizeo ont répondu pour vous permettre de mieux distinguer et de mieux comprendre la signification de ces deux concepts.

 

Le BIM (Building Information Modeling), englobe des méthodes de travail utilisant des maquettes numériques représentatives des bâtiments exploités. Il permet « le partage d’informations fiables tout au long de la durée de vie d’un bâtiment, de leur conception jusqu’à leur démolition ». (Objectif-bim).
Emmanuel Fruit, Directeur du département Praxice au sein de Setec bâtiment affirme que : « La Maquette Numérique va révolutionner le rôle et les missions des acteurs de l’immobilier (Direction Immobilière, Asset et Property Manager, Direction de l’Environnement du Travail, FMeur et sociétés de service) grâce à un accès commun et partagé aux données immobilières ».
L’échange de données techniques est facilité entre les acteurs ce qui engendre un gain de temps et les surcoûts dues aux ruptures de charges sont limités. Enfin les interventions techniques sont mieux préparées ce qui minimise la gêne occasionnée pour les occupants.

 

L’IoT (Internet of Things) quant à lui représente « la connexion entre un objet et Internet que nous connaissons ». Comme expliqué précédemment dans notre article : « comment l’Internet des objets révolutionne l’exploitation de vos bâtiments » l’IoT permet de récupérer de l’information des objets du quotidien afin d’apporter de la valeur.
En matière de performance énergétique, la solution advizeo utilise l’IoT pour permettre à chaque utilisateur de visualiser, d’analyser et d’optimiser sa consommation énergétique. La température, les consommations d’électricité, de gaz et d’eau deviennent télérelevables et consultables directement sur Smartphone. Avec l’IoT et l’expertise SETEC, advizeo permet aux utilisateurs de bénéficier de conseils et d’alertes adaptés à leur bâtiment.

 

On pourrait donc conclure que le BIM permet de relever les données caractéristiques du bâtiment tandis que l’IoT relève plus les données relatives à l’environnement des occupants.

Mais alors, quels sont les points de convergence entre le BIM et l’IoT ?

1. Replacer les occupants au coeur de l’usage des bâtiments

Bien que le BIM apparaisse plus comme un outil dédié aux professionnels, l’objectif de ce dernier est bien de replacer les besoins des occupants au cœur de l’usage du bâtiment. Il s’agit là, du premier point de convergence entre ces deux concepts.
En effet, chez advizeo, l’IoT permet de redonner le pouvoir aux occupants en décentralisant la donnée et ainsi donner à chacun l’information dont il a besoin pour mieux agir sur le fonctionnement du bâtiment. Le système advizeo apprend le comportement normal du bâtiment et alerte l’utilisateur des anomalies rencontrées de manière automatique.
L’impact est très significatif. Si nous prenons l’exemple du secteur tertiaire, Berkeley National Laboratoy, affirmait que le taux d’absentéisme pouvait baisser de 55% par une meilleure ventilation ou encore qu’une température bien adaptée augmente de 19% le gain de créativité.

 

2. Des gains financiers

L’autre point sur lequel le BIM et l’IoT se rejoignent est les économies générées. Le BIM engendre des gains sur le coût de réalisation de l’ouvrage grâce à une meilleure conception et une meilleure maîtrise des délais. De plus, le BIM génère également des économies dans l’exploitation maintenance grâce à une base de données fiable comme support d’activité.
L’IoT quant à lui dans le cadre de l’optimisation de la performance énergétique contribue à la diminution du coût des factures grâce à une gestion intelligente de l’énergie. Par exemple, en cas de défaillance (fuite d’eau, chauffage en panne etc) le degré de réactivité est beaucoup plus important puisque la donnée est remontée en temps réel.

 

3. Un gain de temps

Ensuite, le BIM et l’IoT engendrent un gain de temps de par la fiabilité et l’accessibilité aux données qu’ils permettent.
Advizeo a par exemple permis au 104 à Paris, de gagner un temps considérable dans la gestion de la température de ses salles de spectacle. Désormais, le mainteneur n’a plus à se déplacer deux fois par jour dans chacune des salles pour y relever la température. Grâce à l’application mobile et à la pose de sondes, il consulte simplement son Smartphone pour en prendre connaissance.

 

4. Une adaptabilité au parc existant

Enfin, bien que nous pensions fortement qu’à l’avenir les bâtiments seront conçus pour la plus part en intégrant le BIM dès leur phase de conception, le parc immobilier existant peut aussi muter vers le BIM en exploitation. Il en va de même pour l’IoT. La simplicité des capteurs permet de rendre communicant tous les bâtiments. Par exemple, les capteurs électriques advizeo s’adaptent sur tous les compteurs électriques. Les sondes de température se posent elles, n’importe où sur une surface lisse (à l’abri du chaud et du froid).

 

Le BIM et l’IoT apportent de l’intelligence dans l’exploitation des bâtiments en augmentant la qualité des projets et la qualité de vie des occupants.

Ces deux concepts participent à une véritable mutation technologique dans laquelle le groupe Setec est pleinement investi.

 

Sources :
www.objetconnecte.net
www.objectif-bim.com
www.batiment-numerique.fr